Avant d’être une technique, l’informatique est...
logo imprimer

Avant d’être une technique, l’informatique est une philosophie, elle est, selon la façon dont nous l’abordons d’abord un choix éthique et politique. Elle est aussi un enjeu démocratique majeur !

Alors que l’informatique qui nous entoure majoritairement a pour seule ambition la création de valeur marchande, en particulier par la captation de nos données personnelles, l’informatique libre a pour ambition la création de valeurs, au pluriel : valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

De liberté parce que les logiciels libres libèrent les utilisateurs : chacun peut librement installer, copier ou distribuer les logiciels. Et même les modifier.

D’égalité parce qu’ils ne créent pas de discrimination économique. Généralement gratuits les logiciels libres sont à la portée de tous et peuvent équiper les équipements médias des moins fortunés d’entre nous, tout en garantissant une qualité au moins égale à celle de certains de leurs concurrents - et souvent bien meilleure.

De fraternité parce qu’ils sont le fruit de la coopération d’individus, de groupes, d’associations, d’entreprises. Ils réunissent et unissent des développeurs, des ingénieurs, des graphistes, des traducteurs, des testeurs et des utilisateurs de toutes les nations, de toutes confessions, de toutes cultures. On peut alors parler de « biens communs ».

Les technologies de l’information et de la communication occupent désormais une place importante dans notre quotidien, à tel point qu’une véritable révolution s’opère sous nos yeux qui vient bouleverser les pratiques des médias traditionnels, nos habitudes et modes de travail, nos propres réseaux sociaux.

Il y aurait là de quoi se réjouir, pour autant, tout n’est pas rose dans cette évolution. Elle est tout d’abord inégalitaire puisqu’une part importante de la population n’y a pas accès pour des raisons financières. Elle est ensuite pernicieuse, « les jeunes maîtrisent ça très bien ! » entend-on souvent. Certes, ils développent une capacité d’usage, mais nous ne partageons pas tout à fait ce point de vue. De grands groupes marchands (GAFAM) se sont évidemment emparés de ces espaces. Ne nous y trompons pas, l’apparente gratuité de ces services n’est qu’une façade, ces grands groupes n’ont pas d’ambitions philanthropiques, ils savent parfaitement s’adapter aux pratiques adolescentes et adultes (quand ils ne les créent pas) notamment pour en exploiter les failles dans une logique qui n’a pour ambition que le profit par la captation de nos données personnelles...

Que dire enfin des éditeurs de logiciels ! un système d’exploitation imposé lors de l’achat d’un ordinateur au mépris des lois (la vente liée n’est-elle pas interdite en France ?) , des familles par milliers trompées par la présence à l’essai d’une suite bureautique qui ne fonctionne plus au bout de 20 jours d’essai et qu’il faudra donc acheter en sus... des logiciels achetés fort cher, qui au bout de quelques temps ne sont plus compatibles avec la nouvelle version et qui ne peuvent être mis à jour !

Association d’Éducation Populaire, mouvement d’Éducation Nouvelle, les CEMEA Réunion, depuis longtemps impliqués dans l’Éducation aux médias ont fait de cet enjeu de l’informatique libre, éthique et solidaire un axe fort de leur projet associatif. C’est la raison d’être de ce site.

« L’éducation peut être un formidable moyen d’enrichissement, d’émancipation, de socialisation, de solidarité, de justice, comme peuvent l’être le politique, le travail, la culture. Mais tous peuvent être aussi des moyens de domination, de coercition, d’aliénation, de conditionnement des personnes et des groupes, de moyens de formatage des esprits au service d’un système et d’une minorité de la société. » Extrait de notre projet associatif national

Dans la même rubrique

Accès direct
le 18 avril 2016

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32
Hébergeur : OVH